« Je n’ai pas le temps »… On en parle ?

Vous avez l’impression de courir en permanence après les urgences, les tâches et les patients qui se succèdent. Vous êtes épuisé et frustré à la fin de la semaine et répétez à longueur de journée « Je n’ai pas le temps ». Si vous vous reconnaissez dans ce portrait, bienvenue au club des stressés de la montre pour qui le temps est un ennemi ! Mais cette vision des choses est-elle juste ?

Changer de perspective

Pendant des années, je me suis entendue dire « J’aimerais bien mais je n’ai pas le temps ». J’ai fini par réaliser que s’il est tout à fait possible – et même fréquent – de crouler sous le travail et les impératifs, dire « je n’ai pas le temps » est une affirmation erronée. En effet, j’aurais pu avoir le temps mais j’avais d’autres priorités.

Nous sommes nombreux à désirer profiter davantage de nos familles, partir en vacances, voir nos amis… Pour autant, il nous arrive régulièrement de privilégier d’autres activités comme le travail. Nous priorisons, parfois à contrecœur, souvent inconsciemment, mais nous faisons tous des choix.

Qu’est-ce que ce constat change à notre problème ? Personnellement, je le trouve libérateur car cela implique que je ne suis pas victime des événements. Si je ne lis pas ce livre, ne vais pas au cinéma ou ne vis plus les folles soirées de mes études, c’est ma décision et ce n’est pas la faute du temps.

À lire aussi : Apprenez à dire oui pour prévenir le burnout

Vous pensez probablement que les obligations sont une réalité. Oui… et non. Vous décidez de vous occuper de vos enfants au lieu de les délaisser, vous ne « devez » pas vous en occuper. Vous choisissez de payer vos impôts plutôt qu’assumer les conséquences du contraire. Vous jugez plus important de travailler à ce rythme et vous occuper de vos patients que lever le pied. Vous préférez faire les courses à manger une boîte de conserve. La liste est infinie ! Notre vie est une succession de choix faits avec plus ou moins de lucidité.

Un tel argument peut sonner comme une provocation. Pourtant, prendre conscience de cette réalité est la première étape pour cesser de subir le temps. En adoptant cette perspective, vous vous affranchissez des obligations : vous ne devez pas, vous voulez.

Out Of Time Man – Mano Negra

Apprivoiser son emploi du temps

On a toujours bien assez de temps lorsqu’on l’emploie bien.

Johann Wolfgang Von Goethe

Le rapport au temps est une thématique de coaching récurrente et relativement complexe tant elle est personnelle. La traiter de façon exhaustive dans un article de blog est donc impossible ! Néanmoins, je vous propose d’explorer les pistes suivantes afin de pacifier votre quotidien :

1- Identifier votre rythme personnel afin d’optimiser la réalisation des tâches en fonction de vos périodes de productivité haute et basse. Quand êtes-vous particulièrement efficace ? Quand vous est-il plus difficile de vous concentrer ?

2- Comprendre votre rapport au temps : quelles émotions et idées associez-vous au mot ‘temps’ ? En quoi ces émotions et idées impactent-elles votre organisation ? Sont-elles une source de blocage ?

3- Analyser votre méthodologie et noter comment vous traitez les tâches. Est-ce dans leur ordre d’arrivée, sur la base du plaisir que vous prenez à les réaliser, selon les urgences ou en fonction de leur priorité ? Qu’obtiendriez-vous en changeant de méthode ?

4- Hiérarchiser vos tâches en différenciant les tâches urgentes, les priorités et le degré d’importance de chacune.

5- Compartimenter votre agenda en dédiant des moments spécifiques à certaines tâches (priorités, tâches peu importantes, tâches particulièrement chronophages ou inhabituelles, etc.), afin de ne pas passer votre temps à traiter les urgences.

6- On trouve toujours le temps pour ce qui est important. Déterminer sans juger ce qui est important pour vous. Est-ce correctement intégré à votre agenda ? Si non, est-ce trop ou pas assez ? Comment comptez-vous y remédier ?

7- Écrire tout cela et s’y référer régulièrement.

À vous de jouer ! Que comprenez-vous de votre rapport au temps ? Que pouvez-vous changer pour reprendre la main sur le rythme de vos journées ?

Le rôle d’Azuli Consulting dans la gestion du temps et de l’organisation professionnelle des médecins

Ma démarche est orientée vers l’avenir et permet la mise en place de changements durables. À travers une juste connaissance de soi et la définition de solutions propres à chaque médecin accompagné, je vise l’autonomie et le mieux-être et travaille à :

  • La compréhension de ses mécanismes personnels et de sa situation
  • La connaissance, l’estime et la confiance en soi
  • L’identification de ses priorités, ses besoins et de son rythme
  • La capacité à lever soi-même inhibitions, limites et réflexe d’auto-sabotage
  • La création d’habitudes et de modes de pensée sains
  • La définition d’une boîte à outils adaptée à la problématique
  • La juste régulation des émotions
  • Et plein d’autres choses encore !
Don\'t copy text!
Retour haut de page