Les 5 plus grands regrets d’une vie

Infirmière en soins palliatifs, Bronnie WARE a posé la question suivante aux personnes qu’elle a accompagné dans leurs derniers jours : « Y-a-t-il des choses que vous regrettez ou auriez voulu faire autrement ? » Elle et a ainsi constaté que les mourants partagent souvent les mêmes regrets ; nombre d’entre eux auraient souhaité vivre différemment et certains thèmes « reviennent constamment ». Elle publie en 2011 The top five regrets of the dying (Les cinq regrets des personnes en fin de vie) afin que nous puissions apprendre de la sagesse de ceux qui partent.

Si vous deviez mourir prochainement, quels seraient vos regrets ?

Voici les 5 regrets les plus partagés parmi les patients de Bronnie WARE :

  • Je regrette de ne pas avoir eu le courage de vivre ma vraie vie et non pas celle que les autres voulaient pour moi.
  • Je regrette d’avoir trop consacré de temps à mon travail.
  • Je regrette de ne pas avoir plus exprimé mes sentiments.
  • Je regrette de ne pas être resté en contact avec mes amis.
  • Je regrette de ne pas m’être autorisé à être plus heureux.

Cet ouvrage a donné lieu à polémique. Certaines personnes, comme le blogueur Robin HANSON, estiment que poser une telle question à des patients souvent en grande souffrance, confus et bien loin de leur summum analytique est inapproprié. Ce dernier considère que nous sur-analysons les propos des mourants à cause de notre propre peur de la mort et que cela n’a pas lieu d’être. D’autres blogueurs suggèrent que les regrets des personnes âgées sont probablement différents de ceux des plus jeunes.

Le débat est légitime. Cependant, en tant que coach, je trouve le livre – et surtout la question à son origine – intéressants. En effet, sans considération morbide, il me semble pertinent de m’interroger : si je devais mourir demain, quels seraient mes regrets ? Serais-je satisfaite de mon bilan ? Mieux vaut y réfléchir tout au long d’une vie – quand il est possible de changer les choses – qu’à la fin, lors du départ !

La plupart ne réalisait qu’à la fin que le bonheur était un choix.

Bronnie WARE

À lire aussi : Quel masque social portez-vous ?

Vivre le moment présent

Tous les jours, nous parlons et agissons comme si demain était une certitude et que le temps nous était acquis. Nous laissons de nombreuses choses en suspens sans chercher activement à les résoudre : conflits plus ou moins ouverts, excuses non présentées, envies repoussées, rêves oubliés, opportunités échappées… Et combien de jugements, de limites, émettons-nous au cours d’une journée, d’une semaine, d’une vie ? « Plus tard, j’ai du travail ». « Ce n’est pas le moment ». « Je n’ai pas le temps ». « C’est de sa faute alors je ne ferai pas le premier pas ». « Je ne peux pas ». « Ce n’est pas pour moi ». « Les autres me jugeront pour ça ». « J’aimerais bien mais… ». Mais quoi, au juste ?

La peur, la rancœur, la paresse, la colère, les certitudes, les croyances et la routine nous empêchent de vivre pleinement notre vie et nos relations. Pourtant, il est possible d’agir sur ces freins. C’est bien souvent la motivation qui manque pour le faire !

Pour trouver le courage dont nous avons besoin pour nous dépasser et vivre pleinement notre vie, une seule et unique question peut suffire : et si tout devait finir bientôt, que choisirais-je de faire ? Cette réponse donne le cap, le reste suivra. Prendre conscience que notre temps est compté ne doit pas nous effrayer mais nous permettre, au contraire, d’investir le moment présent.

À la fin de sa vie, jamais personne ne se reproche de ne pas être resté suffisamment au bureau !

Dr. Wayne DYER

À vous de jouer ! Êtes-vous satisfait du chemin que vous avez parcouru jusque-là ? Y-a-t-il des personnes avec qui vous souhaiteriez vous réconcilier ou renouer ? Des choses que vous aimeriez faire, dire, changer ? Quel est votre bilan aujourd’hui ? Et quel bilan voudriez-vous pouvoir dresser dans l’idéal ?

Le rôle d’Azuli Consulting dans l’accompagnement des médecins

Ma démarche s’inscrit dans le présent et l’avenir et permet la mise en place de changements durables. À travers une juste connaissance de soi, ses valeurs, ses besoins et la définition de solutions propres à chaque médecin accompagné, je vise l’autonomie et le mieux-être et travaille à :

  • La compréhension de ses mécanismes personnels et de sa situation
  • La connaissance, l’estime et la confiance en soi
  • La prévention du burnout
  • La création d’habitudes et de modes de pensée sains
  • La définition d’une vie qui a du sens et source de satisfaction
  • La juste régulation des émotions
  • Et plein d’autres choses encore !
Don\'t copy text!
Retour haut de page